Fabrication d'une flûte de pan

Aller en bas

Fabrication d'une flûte de pan

Message  ASheS le Mer 3 Sep - 5:42

Pour fabriquer une flûte de pan, vous pouvez utiliser :

des végétaux présentant des "tubes creux". Certains sont disponibles en France, les meilleurs proviennent d'autres parties du monde mais se trouvent parfois en import...

des tuyaux artificiel (plastique, cuivre...)

tout autre objet ou matériau permettant de réaliser des tubes...


Chacun de ces matériaux a ses avantages et inconvénients. Les végétaux font peut-être plus plaisir à travailler et à utiliser, mais sont parfois difficiles à trouver et fragiles, et leurs qualités sonores sont très variables. Les matériaux artificiels sont souvent plus solides et plus "réguliers" dans le son produit... A chacun de choisir son école...

Les végétaux
La liste de végétaux ci-dessous classe les matériaux du plus au moins performant. Par "performants", j'entends susceptible de produire des flûtes ayant toutes les caractéristiques nécessaires pour jouer de manière sérieuse : bon son, durabilité...

Le roseau de l'altiplano
C'est pour moi le matériau roi. Il est très léger, présente d'immenses entre-noeuds (jusqu'à près d'un mètre parfois) permettant de réaliser d'un seul tenant des tubes très longs, sa finesse lui permet de produire facilement des sons purs et puissants... Ce matériau merveilleux ne pousse pas en France. Soit vous voyagez dans ces pays (Pérou, Bolivie, Equateur...) et vous faîtes le plein, soit vous achetez des flûtes de pan toutes faites en provenance de ces pays et vous les démontez pour en réutiliser la matière première. J'ai parfois trouvé des stocks énormes de flûtes vendues en hypermarché pour des sommes dérisoires (1 flûte de pan = 1 flûte de pain !). Inconvénient majeur du matériau : c'est hyper-fragile.

Le bambou
C'est le matériau utilisé en particulier pour fabriquer les flûtes dites "roumaines". Il existe des milliers de variétés de bambous dans le monde, mais toutes ne peuvent pas convenir pour fabriquer des flûtes de pan, car nombre d'entre-elles produisent des cannes aux parois trop épaisses et aux entre-noeuds trop courts qui donneraient des flûtes pataudes, lourdes et sifflantes. Il faut donc faire un choix soigneux des variétés utilisées, ce qui est difficile en France car on n'y trouve que peu de variétés de bambous, surtout dans le sud, et de manière très disséminée.

Pour vous rendre compte du bon rapport largeur / longueur / épaisseur, jetez un coup d'oeil aux flûtes proposées dans les magasins de musique, qui sont dans la plupart des cas fabriquées en bambou. Un tube de 20 cm de long, par exemple, mesurera environ 3 cm de large, et la paroi du tube sera d'environ 4 mm d'épaisseur...

Quelques manières de se procurer du bambou :

Si vous êtes dans le sud (en particulier sud-est) vous en trouverez des bosquets ici et là, il suffit de demander aux propriétaires l'autorisation d'en prélever un peu, ce qui ne pose généralement pas de problèmes, surtout que vous préfèrerez prendre les cannes sèches tombées à terre.

Un lieu très intéressant : la bambouseraie de Prafrance, dans le Gard, près d'Anduze, qui fait pousser des centaines de variétés de bambous et peut en vendre.

Adressez-vous aussi aux sociétés d'import-export qui font parfois venir du bambou d'Asie ou d'Amérique du sud, ou peuvent le faire sur demande...

Farfouillez dans les brocantes... on y trouve parfois des vieux objets fabriqués en bambou qu'il peut suffire de démonter...


La canne de Provence
La canne de Provence ressemble à une sorte de petit bambou : elle se présente en tiges de 3 à 4 m de long, avec des entre-noeuds d'un maximum de 20 cm. Ce matériau présente deux avantages majeurs pour le constructeur de flûtes débutant :

Le rapport longueur / largeur / épaisseur de ses entre-noeuds est naturellement parfait pour fabriquer des tubes de flûte de pan. A priori, pas besoin de faire le tri, tout est bon.

La canne de Provence est présente partout dans le sud-est (et en particulier à l'état sauvage dans beaucoup de bordures de routes, zones abandonnées, etc...), mais peut se trouver aussi en petits bosquets isolés presque partout ailleurs.


C'est un excellent matériau pour fabriquer de petites flûtes de pan.

Quelques plantes moins performantes mais courantes en France
La renouée du Japon. Cette plante récemment arrivée en Europe colonise souvent les talus de remblai. Elle se présente en cannes irrégulières de 2 à 3 m de long, avec de grandes feuilles vertes en forme de coeur. Les entre-noeuds peuvent mesurer jusqu'à 25 cm. Lorsque les feuilles tombent la canne sèche sur pieds, c'est à ce moment qu'il faut la ramasser. C'est un matériau fragile mais facile à travailler. J'ai personnellement fabriqué et utilisé durant des années des flûtes de pan en Renouée du Japon pour une utilisation en (petits) concerts de musique latino-américaine, avant de pouvoir enfin me fabriquer des flûtes en roseau bolivien, le top du top.

Si vous n'avez aucun de ces matériaux à proximité, vous pouvez faire des essais avec l'Angélique. Cette ombellifère présente elle aussi des noeuds, mais elle vous fournira un matériau de faible qualité et d'une durée de vie très limitée. A réserver aux tout premiers essais. Faites la sécher avant de l'utiliser car elle est très chargée en eau.


N'hésitez pas à ramasser de grandes quantités de ces végétaux, ils vous seront bien utile pour compenser la casse et les essais ratés. Et puis ça brûle très bien dans la cheminée s'il vous reste des chutes ! Attention, tous ces matériaux doivent être ramassés secs. Si vous les ramassez verts, il y a de fortes chances qu'ils fendent au séchage...

Les tuyaux de différentes matières
On parle ici de tuyaux rigides, qui se tiennent naturellement droit, et non pas de tuyaux d'arrosage ! Ce sont par exemple :

Les tuyau de PVC. Ca sonne parfaitement, c'est solide, bon marché... mais on n'aime pas forcément l'esthétique.
J'ai vu des flûtes en tuyau de cuivre. Très très solide, très lourd aussi, plus long à fabriquer mais efficace et original. Attention, c'est assez cher.

Vous pouvez vous procurer tous ces types de tuyaux dans n'importe quel magasin de bricolage, ou fournisseur de matériaux de construction. Un de leurs avantages est qu'ils sont fournis en grandes longueurs, on n'est donc pas limité par la longueur des entre-noeuds d'une plante. Par contre, il faudra veiller à en acheter plusieurs diamètres différents, à utiliser en fonction de la longueur des tubes de votre flûte.

Un petit inconvénient : contrairement aux matériaux végétaux qui sont naturellement bouchés à intervalles réguliers, il faudra boucher ces tubes à la longueur désirée. Je vous conseille pour ça la gomme (celle qu'on utilise pour gommer le crayon sur une feuille de papier). Achetez des gommes assez souples pour pouvoir entrer légèrement en pression dans la base des tubes, histoire que ça soit bien étanche. Je vous expliquerai comment ajuster ces gommes à la rubrique "Préparation des tubes"

Tout autre objet ou matériau qui peut servir à fabriquer un tuyau
Ici commence le royaume de l'imagination.

J'ai par exemple vu des flûtes de pan roumaines fabriquées dans un bloc de bois massif. Chaque "tube" était en fait juste un trou percé dans le bloc. Il n'y a plus alors de limite de forme, on taille le bloc d'origine comme on veut... C'est beau mais il faut du matériel spécialisé... on sort du domaine de la bricole personnelle pour entrer dans celui de la lutherie professionnelle.

Pourquoi pas créer des flûtes de pan avec des tubes à essai en verre . Le verre sonne très bien s'il n'est pas trop épais. Comme il n'est pas facile de couper du verre, il faudra accorder les tubes en ajoutant de la matière au fonds des tubes...

A vous de continuer la liste... donnez moi vos idées si vous en avez !


Pour fabriquer une flûte facile à jouer, il faut disposer d'un jeu de tubes cohérents en épaisseur, largeur et longueur.

Démarche à suivre avec des tubes végétaux
Commencez par découper un grand nombre d'entre-noeuds de telle sorte que vous disposiez de cavités fermées à leur extrémité la plus étroite par l'opercule naturel (voir la fiche consacrée à ce sujet).

Si vous ne disposez pas de tubes suffisamment longs pour votre flûte, voyez comment allonger un tube.

Poncez l'intérieur de chaque tube à l'aide d'une queue de rat. Il ne doit subsister aucune petite peau ou poussière, qui empêcherait le tube de sonner correctement.

Vérifiez l'étanchéïté de chaque tube. Pour cela, aspirez dedans, et vérifiez que le tube fait bien ventouse contre votre lèvre (il doit faire "plop !" lorsque vous le décollez). Si ce n'est pas le cas, il y a une fuite quelque part. Soit le tuyau est fendu (dans ce cas réparez le), soit l'entre noeud est percé (dans ce cas rebouchez-le), soit le matériau est poreux (dans ce cas étanchéïfiez le).

Disposez-les devant vous, du plus long au plus court. Vérifiez que ce classement correspond également à un diamètre décroissant. C'est important car des tubes trop fins ou trop larges par rapport à leur longueur ne seront pas facile à faire sonner.

Le rapport Longueur / largeur

A priori, seule la longueur du tube influe sur la hauteur de la note produite (voir "Comment est produit le son"). Trois tubes de 20 cm de long et de diamètres respectifs 1,5 , 2 ou 2,5 cm de large produiront approximativement la même note, alors que leur volume interne diffère de 40%. Le timbre, par contre, va changer. Un tube trop étroit peinera à produire la note fondamentale, et aura tendance à produire un son très riche en harmoniques. Un tube trop large produira un son plus riche en souffle.

Par un heureux hasard, la plupart des matériaux naturels permettant de fabriquer des flûtes de pan présentent des rapports longueur / largeur appropriés à sortir assez facilement une note de timbre agréable. Mais ça n'est pas une règle absolue, notamment dans les extrêmes (tuyaux les plus courts ou tuyaux les plus longs produits par le végétal).

De manière indicative, voici un tableau approximatif de correspondance entre la longueur et le diamètre intérieur des tubes. Il a été déterminé par l'expérience, en mesurant ces deux dimensions sur des tubes qui sonnent bien. Eliminez ceux qui s'éloignent trop de cette règle.

Longueur (mm) Diamètre intérieur (mm)
500 25
300 20
200 17
150 15
100 12
80 10
50 8
30 6

Démarche à suivre avec des tuyaux en matériaux artificiels
Si vous travaillez avec des tubes en PVC, plastique, cuivre... vous n'êtes plus contraints par les longueurs des entre-noeuds naturels de la plante. Vous allez pouvoir définir directement toutes les caractéristiques de vos tubes.

Commencez par déterminer la longueur des tubes de votre flûte en consultant la page Accordage des tubes (ajoutez 10% à la longueur proposée, ce sera utile plus tard)

Sur la base de votre tableau de longueurs, déterminez le diamètre idéal de chaque tube en utilisant le tableau ci-dessus.

Découpez vos tubes

Bouchez les

ASheS
Pilier
Pilier

Messages : 343
Date d'inscription : 01/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabrication d'une flûte de pan

Message  ASheS le Mer 3 Sep - 5:43

Le bouchage des tubes
Vous pouvez trouver vos propres méthodes pour boucher les tubes. Il est par exemple possible de coller des plaques de bois à l'extrémité du tube. Je vous conseille cependant une manière que j'ai souvent utilisé avec des gommes ordinaires (pour gommer le crayon sur une feuille de papier). C'est un peu plus long, mais ça présente l'énorme intérêt de permettre le réaccordage de la flûte. Voici comment procéder.

Choisir des gommes assez souples pour pouvoir entrer légèrement en pression dans la base des tubes, histoire que ça soit bien étanche.

Dans une épaisseur de gomme on peut faire deux bouchons. Commencer donc par couper la gomme en deux dans le sens de l'épaisseur. Puis, pour tailler les bouchons à la bonne largeur, appliquer l'extrémité du tube sur la gomme et appuyer assez fort en tournant. La marque du tube restera imprimée sur la gomme. Il serait possible de découper totalement le bouchon comme ça, à la manière d'un emporte-pièce. Ce serait très pratique, hélas l'expérience montre que le bouchon ainsi créé est trop petit, il ne tient pas assez en pression pour être étanche. Contentez-vous de découper votre bouchon au cutter en passant légèrement à l'extérieur de la marque, puis arrondissez-en les angles en ponçant avec du papier de verre.

Introduisez la gomme au bas de votre tube.

Vérifiez l'étanchéïté de chaque tube. Pour cela, aspirez dedans, et vérifiez que le tube fait bien ventouse contre votre lèvre (il doit faire "plop !" lorsque vous le décollez). Si ce n'est pas le cas, votre bouchon fuit : il est trop petit, ou pas exactement circulaire. Recommencez !

Une certitude : vous raterez un certain nombre de bouchon ! Pour ne pas gaspiller la gomme il est recommandé de partir du tube le plus large et d'aller vers le plus petit, comme ça une gomme loupée pourra être retaillée pour un tube de diamètre inférieur.



Accordez votre tube. Pour cela poussez le bouchon vers le haut (la note montera) ou vers le bas (la note baissera).

Pour fabriquer les tuyaux d'une flûte de pan (mais aussi d'une flûte droite, d'une marimba, etc...) vous aurez besoin de découper des "entre-noeuds" dans votre matériau (cannes de Provence, les renouées du Japon ou autres Angéliques...)

Les "noeuds" de ces végétaux sont les renflements qui se trouvent à intervalles réguliers le long de la tige. Sous ces noeuds se trouvent des "opercules" qui bouchent à intervalle régulier l'intérieur de la tige. Ces opercules sont bien pratiques pour nous car ils permettent de fermer des tronçons de tubes et de disposer de cavités closes, les "entre-noeuds". Il faut donc les conserver lors de la découpe.

La découpe doit se faire juste au dessus du noeud (c'est à dire dans la direction dans laquelle le tube diminue de section).

Attention lors de la découpe, les matériaux végétaux sont assez fragiles et risquent de se fendre si vous ne prenez pas certaines précautions.



Les tiges creuses, de quelque espèce végétale qu'elles soient (ombellifère, renouée du Japon, Canne de Provence) sont assez délicates à couper. Le risque est en effet de les briser dans le sens de la longueur en forçant trop transversalement.

L'utilisation d'une scie à métaux doit se faire avec prudence : il ne doit y avoir aucun accoup dans les allers-retours de la scie. Fréquemment, la scie se coince, et si l'on force elle entraîne avec elle une moitié du tube qui se fend alors dans le sens de la longueur. Il est conseillé d'avoir à disposition un étau, dans lequel on serre (très modérément, sans déformation apparente) le tube pour le renforcer, et de placer la scie au ras de l'étau pour découper.

Le cutter peut aussi être utilisé. Il ne faut alors surtout pas chercher à couper la tige d'un seul coup. Au contraire, prendre le tube avec sa main gauche, le plaquer contre la cuisse, poser la pointe du cutter à l'endroit désiré et faire tourner de très nombreuses fois le tube sur lui-même. Chaque tout va enlever une petite quantité de matériau et creuser progressivement un sillon jusqu'à coupure totale. Pour limiter encore les risques de fente, incliner le cutter dans un sens puis dans l'autre pour ouvrir un sillon large et à deux pentes au lieu d'une simple ligne de coupe.

Poncer l'extrémité d'une tige creuse à l'endroit où elle a été coupée présente également un risque de fente longitudinale. Posez votre papier de verre sur une surface plane. Saisissez votre tube très près (quelques mm) de son embouchure, et faites des allers-retours très doux sur le papier de verre.

Comme vous le savez déjà, il y a plein de manière d'accorder une flûte de pan. Elles peuvent être chromatiques, pentatoniques, diatoniques... et dans ce dernier cas, il y a encore 12 possibilités de tonalités différentes.

Si vous êtes un peu musicien, ce jargon vous parlera et vous saurez très bien vous décider tout seul et trouver les notes que devra comporter votre flûte. Dans le cas contraire, je vous conseille de réaliser une flûte diatonique en do majeur ou en sol majeur (deux tonalités très courantes en musique sud-américaine, et en musique d'ensemble en général).

Votre flûte devra alors comporter les tubes suivants :

Flûte en Do Sol La Si Do Ré Mi Fa Sol ...
Flûte en Sol Ré Mi Fa# Sol La Si Do Ré ...

Remarquez que la première note de votre flûte doit être une quarte plus basse que la "tonique" de la gamme choisie. En termes plus simples : si vous voulez fabriquer une flûte en Do, la première note devra être 4 notes plus bas (Do compris) dans la gamme : Do, Si, La, Sol. Il faudra commencer par un sol. Pourquoi cette règle ? Parce que l'expérience montre que, dans beaucoup de musiques du monde, un morceau en Do majeur utilisera assez régulièrement un Sol grave, mais très rarement la note encore plus grave, à savoir un Fa. C'est comme ça, je ne l'explique pas, je le constate !

Les "..." en fin de tableau indiquent que la série de notes peut continuer ainsi aussi longtemps que vous avec le courage, à vous de choisir de réaliser une flûte avec peu ou beaucoup d'octaves... Je vous conseille de commencer avec une flûte de 13 tubes, ça permet déjà beaucoup de choses.

Gardez en mémoire ces notes et passez à l'étape suivante.

C'est l'étape délicate. Il y a deux méthodes, selon que vous avez "de l'oreille" ou pas. Avoir de l'oreille signifie que vous êtes capable, en écoutant une note de référence (par exemple une note jouée sur un piano ou une flûte), de reconnaître si une autre note (par exemple produite par un tube de flûte de pan) est plus grave, plus aigue, ou exactement équivalente à la référence. Attention, il ne s'agit pas d'être approximatif, sinon la flûte sera fausse !

Au démarrage de cette étape, je suppose que vous disposez de tout un ensemble de tubes préparés comme expliqué dans l'étape précédente, de toutes les longueurs. Ce sera votre magasin de matériaux, dans lequel vous allez piocher pour trouver les tubes adaptés à chaque note.

Si vous avez de l'oreille
A l'aide d'un autre instrument, ou d'un accordeur, recherchez le tube qui produit la première note (la plus grave) de votre flûte, ou une note légèrement plus grave. Si la note produite est trop grave, raccourcissez-le légèrement (en le ponçant par exemple) jusqu'à ce qu'il produise la note recherchée. Si la note est trop aigue, cherchez un tube plus long.

Répétez l'opération autant de fois que nécessaire pour chaque tube suivant. L'idéal est de disposer d'un instrument type flûte ou piano qui permet de jouer toutes les notes de la gamme correspondant à la flûte souhaitée.

Pour vous aider vous pouvez jeter un coup d'oeil au tableau des calculs de longueurs (si un nom d'utilisateur et un mot de passe vous sont demandés, faites "annuler", ça devrait bien se passer).

Si vous n'avez pas d'oreille
Réalisez des tubes de longueurs indiquées dans l'un des deux tableaux ci-dessous pour une flûte en Sol majeur ou en do majeur. Attention, vu les imperfections des tubes, cette méthode ne vous permettra certainement pas d'obtenir une flûte parfaitement juste ! Dans l'idéal il faudrait faire quelques ajustements de détail une fois la flûte montée (mais je mesure la difficulté de cet ajustement pour quelqu'un qui n'a pas d'oreille !).

Flûte en do majeur

Sol 21,5cm
La 19,154
Si 17,065
Do 16,107
Ré 14,35
Mi 12,784
Fa 12,06
Sol 10,75
La 9,5772
Si 8,5323
Do 8,0534
Ré 7,1748
Mi 6,392

Flûte en sol majeur

28,8cm Ré
25,658 Mi
22,85 Fa#
21,576 Sol
19,222 La
17,125 Si
16,163 Do
14,4 Ré
12,829 Mi
11,42 Fa#
10,788 Sol
9,6108 La
8,5623 Si

Le ponçage
Lorsque chaque tube est terminé, poncez au papier de verre fin la bordure de l'embouchure, afin de ne pas blesser vos lèvres en jouant.


Une fois tous les tubes préparés, les fixer ensemble dans l'ordre.

Assemblage à la colle
Si votre matériau est solide, vous pouvez utiliser de la colle (Araldite par exemple). Commencez par le plus petit. Faites une ligne de colle tout le long, plaquez le suivant contre, et recommencez la manip.


Une flûte (floue) assemblée à la colle à chaud Vous pouvez consolider le tout en collant une ou plusieurs travers, d'un côté et/ou de l'autre. Cette méthode permet entre autre de bien aligner les tubes.

Assemblage à la ficelle
Préparer une ou plusieurs traverses (les tailler dans le même matériau que les tubes) mesurant 1 à 2 cm de plus que la largeur totale de tous les tubes.

Se procurer de la ficelle de nylon tressé fine, ou de la ficelle paraphinée qui tiendra mieux la durée.

Ligaturer un à un les tubes entre 2 traverses, dans un sens (les tubes auront tendance à se pencher) puis dans l'autre (faire revenir les tubes perpendiculaires à la traverse).


Une fois l'aller-retour fait, resserrer le brélage en faisant un double aller-retour d'un bout à l'autre de chaque traverse. Serrer fort mais pas trop, pour ne pas briser les tubes.

Petit truc pour que l'assemblage soit mieux serré : commencer par assembler les tubes à proximité de leur extrémité inférieure (près du noeud). A cet endroit ils sont plus étroits. Une fois l'assemblage terminé, redescendre chaque tube pour amener son extrémité ouverte près de la traverse. Le diamètre des tubes augmentant, le tressage est resserré et donc plus rigide.

Pour que le noeud final tienne bien, ajoutez-y une goutte de colle (genre super glue). Si vous utilisez une ficelle nylon, vous pouvez aussi légèrement brûler le noeud.


Cas particulier de la Zampoña
Cette flûte de pan des Andes est assemblée en deux rangées séparées. Vous devez donc regrouper les tubes impairs sur une rangée, les tubes pairs sur une autre rangée, et fixer les deux ensembles séparément.



[Source] marclemo.com

ASheS
Pilier
Pilier

Messages : 343
Date d'inscription : 01/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabrication d'une flûte de pan

Message  ASheS le Mer 3 Sep - 5:47

BRICOLER, REPARER

Changer un tuyau

Le changement de tube est nécessaire dans plusieurs cas de figure :

un tuyau est trop fendu pour être réparé
on veut réaccorder la flûte autrement (par exemple, transformer une flûte en Do en une flûte en sol, en changeant tous les fa en Fa)

Avec une flûte ligaturée
Si la flûte est ligaturée, l'opération est facile :

Extirper le tuyau à changer, en le poussant dans le sens de diamètre décroissant, pour qu'il ne soit pas soumis à de trop fortes pressions qui pourraient le fendre.
En principe, la ligature ne devrait pas bouger. Introduisez alors le cul (donc la partie la plus étroite) du tube de remplacement dans l'espace laissé libre. Eventuellement, vous pouvez d'abord poncer ce cul de manière à l'amincir un peu, qu'il rentre facilement.
Poussez le jusqu'à ce que son ouverture soit alignée avec celles des autres tubes.

Avec une flûte collée
Là c'est plus difficile. Si la flûte est solidement collée, il ne faut pas espérer récupérer indemne le tuyau que vous allez enlever, sous peine de fendre les tuyaux avoisinants... Je vous conseille tout simplement dans ce cas de... le découper au cutter en petits morceaux jusqu'à ce qu'il ait complètement disparu ! Grattez ensuite soigneusement les résidus de colle, puis recherchez un tuyau de diamètre équivalent, quitte à le poncer un peu s'il est trop large. Collez-le avec la même technique et la même colle que les autres.



Réparer un tuyau fendu

Un pieds sur la flûte, une chute... et crac, un ou plusieurs tubes sont fendus. Il faut vous y préparer : la flûte de pan est un instrument fragile, et il faudra souvent la réparer, c'est comme ça.

Si le tuyau est fendu en plus de 4 ou 5 esquilles, attention, il faut envisager de le changer. Sinon, deux solutions principales s'offrent à vous :

Le scotch transparent
Le mode de réparation le plus simple et le plus rapide est tout simplement ... le scotch transparent. Pour cela :

tirer le tube dans sa ligature (sans l'en sortir complètement) pour le rendre accessible
passer le scotch en diagonale, de telle sorte qu'il se recouvre partiellement lui-même à chaque tour
Serrez bien, en veillant toutefois à ne pas écrabouiller le tube
Repoussez le tube à sa place dans la ligature

C'est fini. Inconvénient de la méthode : le scotch va progressivement vieillir, se "desquamer", il faudra refaire la manip au bout de quelques années. Mais sinon c'est bien.

La super-glue liquide
Un mode de réparation plus technique mais (encore) moins visible : la super-glue liquide (attention, évitez la super-glue en gel qui ne permet pas de réaliser la manip présentée ci-dessous). Procédez comme ceci :

Tirez le tube dans sa ligature (sans l'en sortir complètement) pour le rendre accessible
Ecartez les deux lèvres de la fente (excusez ce vocabulaire équivoque, je cherche vainement autre chose sans trouver, si vous avez une suggestion merci de la faire passer) avec deux doigts.
Insérez au sommet de la fente (à l'endroit ou elle est la plus large, donc) quelques gouttes de super-glue.
Celle-ci, par simple effet de capillarité, va progresser dans la fente. Ajoutez-en jusqu'à ce que vous la voyiez occuper l'ensemble de la fente.
Vous pouvez écarter puis rapprocher plusieurs fois les deux bords pour facilitér la progression de la colle
Appuyez fortement les deux bords pendant 10 secondes.
Décollez vos propres doigts (étape difficile !) du tuyau. Essuyez le surplus de colle avec un chiffon, et poncez ou grattez au cutter pour éliminter les dernières traces.
Repoussez le tube à sa place dans la ligature



Allonger un tube trop court

Deux cas de figure relativement différents se présentent selon que vous êtes dans la phase de fabrication de la flûte, ou que celle-ci existe déjà et que vous souhaitez en réaccorder un ou plusieurs tubes :
Lors de la fabrication de la flûte
Vous avez besoin d'un tube de 46 cm de long, et les matériaux dont vous disposez présentent des entre-noeuds d'une longueur maximum de 30 cm. Comment faire ?

Percement d'un opercule séparant 2 entre-noeuds
Prélevez dans une canne de votre matériau de base une section de la longueur désirée (prévoyez une petite marge), de telle sorte que celle-ci comporte 2 opercules : le premier à l'une des extrémités (la plus étroite), le second au milieu. L'autre extrémité de la section est laissée ouverte.

A l'aide d'une queue de rat, percez l'opercule, puis poncez de manière très approfondie les résidus de l'opercule jusqu'à ce que l'intérieur du tube soit totalement lisse et ne présente aucun renflement.

Vous avez votre tube !

Collage de 2 tubes
Choisissez deux tubes de même section, dont les longueurs additionnées dépassent de quelques centimètres la longueur totale souhaitée.

Poncez la paroi intérieure du premier tube sur quelques centimètres (entre 2 et 5 selon la longueur du tube) avec une queue de rat jusqu'à diminuer son épaisseur de moitié
Ôtez l'opercule du second tube. Grattez sa paroi extérieure avec un cutter sur la même longueur que précédemment, afin de lui ôter la moitié de son épaisseur.
Encollez la surface grattée du second tube, introduisez le dans le premier tube et laissez sécher.


Pour réaccorder à la baisse un tube d'une flûte existante
L'un des tubes de votre flûte produit un son trop aigü, ou vous souhaitez modifier le mode de votre flûte en baissant la note produite d'un demi-ton, par exemple. Quelques possibilités :

Changer le tube en question.
C'est la solution la plus facile, mais elle n'est envisageable que si vous disposez d'une réserve de tubes de même nature, ce qui n'est pas évident. Si vous avez cette chance :

si votre flûte est ligaturée (comme sur la photo ci-dessus), il suffit tout simplement de retirer le tube en le faisant glisser vers le haut, et de réintroduire le nouveau tube en le faisant glisser vers le bas à la place d' l'ancien.

si votre flûte est collée (comme les flûtes roumaines, par exemple. Là c'est plus compliqué. Il va falloir détruire l'ancien tube par petits morceaux avec un cutter, en arrachant des segments de bambou jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien. Ca fait drôle, mais ça marche sans problème si on est soigneux ! Il restera à poncer les bords des deux tubes adjacents pour enlever les traces de colle, puis à repositionner un tube plus long et à le coller.

Rallonger le tube en question
Si vous ne disposez pas de tubes de rechange, il va falloir rallonger le tube.

S'il est ligaturé, le plus simple est de le rallonger par le haut (côté embouchure). Si vous disposez d'un morceau de tube de même diamètre, vous pouvez procéder de la manière qui est décrite ci-dessus ("Collage de 2 tubes").

Si vous ne disposez pas d'un morceau de tube de la même matière, il va falloir employer les grands moyens, c'est à dire "synthétiser" un morceau de tube artificiel. Pour cela :

Cherchez un objet cylindrique qui s'enfonce exactement dans l'ouverture du tube, sans forcer ni laisser de vide (exemple : un crayon). Ce sera le "bloqueur".

Enroulez une feuille de papier à l'intérieur du tube, laissez la dépasser d'un peu plus que la longueur dont vous souhaitez rallonger le tube (cf schéma). Introduisez le bloquer pur maintenir le papier en place.

Faites un mélange de sciure de bois bien fine (si possible le même bois que le tube) et d'Araldite, ou achetez une pâte à bois de la couleur de votre tube. Tartouillez-en la feuille de papier de manière à former une couche un peu plus épaisse que le tube.

Laissez sécher, enlevez le bloqueur, poncez l'intérieur de votre tube pour éliminer les restes de papier, poncez l'extérieur pour donner à votre rallonge la même forme que l'intérieur... et voilà. Il restera à réaccorder le tube en lui enlevant plus ou moins de longueur.

Si votre flûte est collée, vous ne pouvez pas rallonger le tube par le haut car il dépassera. Il faut le rallonger par le bas. Pour cela : Sciez ou poncez l'opercule inférieur pour ouvrir le tube.
Rallongez le tube par le bas en appliquant la méthode décrite ci-dessus.
Une fois la rallonge en place, fabriquez un petit bouchon de bois (par exemple en sciant une fine tranche de votre bloqueur), collez le au fond du tube
Réaccordez le tube en y versant de la bougie fondue jusqu'à ce que la note produise soit la note convenable



Boucher ou reboucher un opercule

Pour sonner correctement, un tuyau de flûte de pan doit être parfaitement étanche. L'opercule, qui bouche le bas du tuyau, doit donc l'être aussi. Voici quoi faire si ce n'est pas le cas, ou si vous disposez de tubes non operculés

Rendre étanche un opercule poreux ou bouché
Là c'est tout simple : il suffit de les barbouiller de colle blanche et de laisser sécher. C'est invisible et efficace. Pour une plus grande solidité, procédez avec une colle epoxy, comme de l'Araldite par exemple

Créer un opercule s'il n'y en a pas
Une méthode répandue, bien qu'à priori bizarre : les opercules de ... gomme. Hé oui, ce matériau est facile à travailler, et présente l'avantage d'être élastique, ce qui permet lorsqu'il est en place de pouvoir facilement le déplacer vers le haut ou le bas pour accorder le tube à son envie.

Choisissez une gomme très souple
Découpez des lamelles de gomme d'environ 5 mm d'épaisseur
Appliquez l'extrémité à boucher du tube contre une de ces lamelles, et tournez doucement pour marque sur la gomme le diamètre intérieur du tube.
Avec un cutter, découpez suivant le pointillé, en élargissant cependant d'une fraction de millimètre, pour que cet opercule tienne correctement.
Rendez cet opercule légèrement conique en enlevant un peu de gomme d'un coté sur tout le tour, ceci pour faciliter son introduction dans le tube
Introduisez l'opercule dans le tube, poussez-le avec un bâton d'un diamètre très légèrement inférieur à celui du tube jusqu'à atteindre la position désirée

Faites très attention à ne pas forcer trop pour introduire l'opercule, sous peine de fendre le tube. Certains fabricants confectionnent, à la base du tube, une fine ligature de nylon transparent pour que le tube résiste à de fortes pressions, afin de pouvoir les doter d'opercules plus larges, qui tiendront plus en force et assureront ainsi une meilleure étanchéïté.



Etanchéïfier un tuyau

Avec certains végétaux (comme la renouée du Japon) il arrive qu'un tuyau ne soit pas parfaitement étanche, à cause d'une porosité du matériau. Si cette porosité est faible, le tuyau sonnera mais en produisant beaucoup de bruit de vent et peu de note. Si la porosité est importante il ne pourra pas produire de note. Dans les deux cas il vaut mieux l'étanchéifier.

La meilleure méthode pour cela est tout simplement de le vernir. Attention, cette démarche n'est à employer que sur des tuyaux parfaitement secs. Evitez absolument les tuyaux verts, par exemple.

Pour cela, préparez un verni léger (diluez-le avec 10% de solvant).
Trouvez un récipient fin et suffisamment profond pour pouvoir tremper totalement dedans votre plus long tube. Remplissez(le de vernis.
Plongez chaque tube entièrement dans le vernis, de telle sorte qu'il se remplisse totalement. Videz-le, et mettez-le à sécher l'ouverture en bas

Vous disposerez ainsi de tuyaux parfaitement étanches, et joliment vernis de surcroît.


Changer l'accord d'une flûte de pan

Si vous avez une flûte de pan qui joue dans une tonalité et que vous souhaitez en changer la tonalité, il faut Repérer les notes qui doivent être changées. Si par exemple vous souhaitez réaccorder en Sol majeur une flûte initialement en do, les fa devront être changés en fa#
Préparer les tubes qui viendront remplacer ces tubes, selon la démarche habituelle.
Procéder au remplacement selon la démarche habituelle. Si vous avez un grand nombre de tubes à changer il est conseillé de démonter totalement la flûte et de la remonter ensuite.


Ceci dit, n'oubliez pas que, au lieu de remplacer les tubes par d'autres vous pouvez aussi ajouter des notes à votre flûte, en les fixant derrière la rangée principale. Vous disposerez ainsi d'une flûte plus riche, vous permettant de jouer dans plusieurs tonalités.

ASheS
Pilier
Pilier

Messages : 343
Date d'inscription : 01/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabrication d'une flûte de pan

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum