Urinothérapie

Aller en bas

Urinothérapie

Message  ASheS le Mer 3 Sep - 5:33

Amaroli est le nom donné en Inde à la pratique qui consiste à boire une partie de son urine pour entretenir sa santé ou se soigner. En occident elle est appelée urinothérapie, ou auto-urine thérapie.

Histoire
Cette méthode est décrite dans plusieurs textes védiques, dont Shivambu Kalpa Vidhi, un chapitre du Dalaï Tantra, texte sanskrit vieux de 5000 ans. En 106 versets (slokas), le dieu Shiva y explique à sa compagne Parvati tous les bienfaits que l'on peut retirer de la pratique de « la méthode de régénération par l'eau de Shiva ». Le Dalaï Tantra, attribue même après un certain nombre d'années de pratique, clairement précisées, des pouvoirs magiques à cette pratique.

Au XXe siècle, l'ancien premier ministre indien Morarji Desai fut un ardent défenseur de cette méthode tout en étant la risée de ses pairs, Gandhi a abordé le sujet mais ne l'a jamais pratiqué.


Au Japon Amaroli aurait séduit deux millions de personnes, un million aux Pays-Bas et cinq millions en Allemagne. Des Congrès mondiaux réunissant notamment des médecins ont été consacré à Amaroli en Europe ces dernières années. Selon la littérature de ses partisans sur le sujet, Amaroli aurait des propriétés curatives étonnantes (augmentation des processus naturels d'élimination), mais beaucoup l'utilisent aussi à titre préventif, et comme cosmétique.

La prise d'urine par les pratiquants est précédée de certaines règles. Généralement, l'absorption d'urine est limitée, il est conseillé de la précéder de l'absorption d'une nourriture saine et toujours suivie de l'absorption d'une quantité importante d'eau claire. Le simple contact de l'urine (ensuite recrachée) avec les muqueuses de la bouche amènerait également des informations favorisant un rééquilibrage du corps.


Avantages prétendus et risques
Comme toutes les méthodes créées avant l'avènement de la médecine basée sur des preuves, il s'agit d'une méthode empirique dont l'efficacité n'a jamais été prouvée.

Pour une personne saine, l’urine est normalement stérile dans la vessie ; cependant celle-ci est faiblement contaminée par les microorganismes commensaux présents sur le pourtour du méat urinaire lors de la miction. Cette contamination est prise en compte lors d'analyse urinaire mais est normalisée dans sa nature qualitative : espèces de micro-organismes, et quantitative : seuil de concentration de bactéries par millilitre. C'est aussi pour cette raison qu'il est malgré tout conseillé d'éliminer les premières gouttes d'urine avant de constituer un échantillon interprétable. la méthode présente donc, en principe, peu de risques d'infection ; le cas est différent si la personne souffre d'une infection urinaire, puisque les germes se retrouveraient alors dans les voies digestives.

Pour donner un intérêt à cette pratique, les promoteurs actuels mettent en avant la présence de vitamines, en particulier de vitamine C. Si l'urine contient des produits bénéfiques, elle contient aussi des produits dont le corps se débarrasse via la miction, toxines et déchets du métabolisme (mécanisme d'élimination rénale).

L'urine contient de nombreux poisons, produits naturellement par l'organisme, ou externes, tels que les drogues qui ont été consommées. (Voir Composition de l'urine). En effet, uriner a comme rôle l'épuration des déchets du métabolisme cellulaire, et l'épuration des toxiques à élimination rénale, (entre autres).

[Source] Wikipedia.org

affraid affraid affraid

ASheS
Pilier
Pilier

Messages : 343
Date d'inscription : 01/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum